Toute toute première fois : Alexis Jenni (Exercice 4)

Ré-écoutez une dernière fois et remplissez les blancs avec les mots que vous entendez.
Il y a toutes sortes de premières fois mais il y en a une qui m’a beaucoup frappé : c’était à l’école, j’étais au collège, j’devais être en , et on a dû faire une rédaction. La rédaction c’était : « Imaginez une journée quand vous êtes adultes », enfin voilà. C’était vraiment un sujet bateau, alors tout le monde en a mis , une page, etc, et puis moi, on a, je sais pas on devait avoir une semaine, quinze jours pour faire ça, et moi je me suis pris de passion pour ça, et j’ai écrit je sais plus combien – j’sais pas, quatre pages, huit pages, dix pages … J’ai fait des , j’ai, j’avais imaginé que j’étais archéologue, au Maroc, alors j’avais pris des atlas, j’avais regardé où on pouvait être archéologue au Maroc, j’avais regardé des vallées, je m’étais imaginé dans quel on pouvait voir les montagnes, si en se mettant là est-ce que la montagne s’élève à gauche ou à droite, etc, j’avais regardé des pour voir si ça … , bon j’avais fait mon truc extrêmement bien fait avec cette recherche et tout, et la prof de français était venue voir ma mère et lui dire : « Mais c’est extraordinaire ; mais c’est un vrai style de roman ! ». Et j’ai eu un moment de bonheur, , et surtout le grand moment de bonheur c’était pas tant qu’on me dise c’est un style de roman, mais le moment de bonheur c’était toutes ces recherches que j’avais faites, mais j’avais peut-être fait par exemple de recherche pour simplement dire qu’il y avait une montagne d’un côté. Et c’était finalement en tout petit ce que j’ai fait avec ce roman-là, c’est-à-dire que, j’ai fait, en quinze jours j’ai fait une rédaction de dix pages, et là, en cinq ans, j’ai fait un roman de pages, mais c’était le même mécanisme et le même plaisir.